La Recherche de beauté

La beauté est un puissant champ d’énergie magnétique qui, lorsqu’il passe à côté de vous, vous capture….. Il vous fait passer d’un monde connu à un monde inconnu ; d’un monde impossible à abandonner à un monde impossible à conquérir… C’est un pouvoir magique, le pouvoir qui vous donne la beauté extatique (de l’ex-stase), différente de celle qui vous donne la beauté esthétique…”

La séduction a aussi quelque chose en commun avec tout cela. Séduire, dans un sens positif et non comme une recherche de pouvoir sur l’autre, dérive de la séduction, conduisant à soi, mais aussi de la sortie de soi, du monde connu de la vie quotidienne, de l’intérêt et de l’habitude, de l’aventure dans le monde de l’Autre, ou plutôt du Toi.
Il n’est pas possible de définir la beauté avec précision sans tomber dans l’une des formulations historiques qui ont été surmontées par le temps. De même, le concept de Beauté de la Renaissance, qui fut l’époque du triomphe de la Beauté, basée sur l’harmonie et la proportion entre les parties et l’ensemble, est partiel et inadapté à la réalité actuelle.
Le concept d’harmonie des proportions revient dans de nombreux concepts de beauté. Pythagore a été le premier à exprimer une vision esthético-mathématique de l’univers : ” toutes choses existent parce qu’elles reflètent un ordre ; et elles sont ordonnées parce que des lois mathématiques y sont réalisées, qui sont à la fois conditions d’existence et beauté.

Pythagore a étudié les relations harmonieuses des nombres et des proportions dans l’art, et en particulier en architecture et en musique.

“Les relations qui régissent la taille des temples grecs, les intervalles entre colonnes ou les relations entre les différentes parties de la façade correspondent aux mêmes relations qui régissent les intervalles musicaux…” (U. Eco)
En musique, les Pythagoriciens ont fait des expériences sur les relations entre les sons de vases remplis dans différentes proportions d’eau, sur des cordes de différentes proportions de longueur et sur des flûtes de différentes longueurs et avec des trous à différentes distances.
Parmi les sculpteurs grecs, Polycletus cherchait un “canon”, une loi, une règle, pour créer de belles statues, en écrivant un traité (maintenant perdu). C’est un système qui met en relation symétrique et proportionnelle les différentes tailles du corps (carpe, métacarpe, doigts, avant-bras, bras, etc.).
La conception de relations harmonieuses a duré longtemps :

  • “Toutes choses sont belles et donc délicieuses ; et il n’y a pas de Beauté et de délicatesse sans proportion, et la proportion se trouve surtout dans le nombre”.
  • “La beauté résultera de la belle forme et de la correspondance de l’ensemble avec les parties, des parties entre elles et de celles avec l’ensemble”
  • Même dans le bon sens d’aujourd’hui, une chose est jugée belle si elle est bien proportionnée.
  • Mais le baroque, le romantisme et d’autres mouvements artistiques et culturels, jusqu’à l’art contemporain, ont montré que la beauté peut aussi exister dans la laideur, le mal et le désaccord.

La Liposuccion dans tout cela ?

Contre la cellulite, les chirurgiens ont affûté leurs armes. Et, pour remodeler la ligne, ils proposent trois nouvelles interventions, moins invasives et plus ciblées que par le passé. Nous les décrivons en détail avec l’aide d’experts.

Si vous avez de la peau d’orange sur les genoux, derrière les cuisses ou sur les fesses, vous pouvez essayer le lipowash, c’est-à-dire laver votre graisse. Comment cela fonctionne-t-il ? “On anesthésie la zone avec un spray ou de la glace – explique Xavier Tenorio, chirurgien – puis, avec des micro-injections indolores, on injecte un mélange de substances qui purifient les tissus et réactivent la circulation”. Pendant 5-6 jours, il est donc nécessaire de porter une gaine élastique.

Résultat : les irrégularités de la peau disparaissent, ce qui semble finalement plus compact.

Miniliposculpture

Contre les roulades sur les hanches, le ventre ou les genoux, la technique la plus appropriée est la mini-sculpture.

Après l’injection de l’anesthésique et d’un liquide qui dégonfle et draine les tissus, la graisse est aspirée par de minuscules canules. “La peau, en réaction, se retire, se resserre et devient plus compacte – explique Xavier Tenorio, chirurgien plasticien – Ainsi, il n’y a pas de creux, au contraire, il y a presque un effet d’éclairage”. Une fois l’opération terminée, un pansement adhésif en mousse est appliqué et porté pendant dix jours. Il faut attendre environ trois semaines pour se remettre en forme.

Miniliposuccion

Pour les petites retouches dans les zones délicates, comme la rainure sous les fesses ou à l’intérieur des bras ou des cuisses, la meilleure méthode est la mini solution.

“Sous anesthésie locale ou rachidienne, le chirurgien utilise de très petites canules reliées à un aspirateur – explique le Dr Xavier Tenorio – elles sont spécifiques pour de très petites vibrations de quelques millimètres, aspirant la graisse d’une manière précise et homogène, sans laisser de trous. Après l’opération, dans ce cas également, la zone est médicamentée avec une gaine de caoutchouc mousse à porter pendant dix jours.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.