Contrôle technique : préparez-vous aux défaillances critiques

Tous les possesseurs de véhicule ont pour obligation de les faire contrôler régulièrement. Pour un véhicule neuf, le contrôle doit être effectué dans les six mois, puis quatre ans après. Ensuite, c’est tous les deux ans que le propriétaire se rendra dans un centre agréé. Ces chiffres ne changent pas par rapport à la nouvelle réglementation que vont subir tous les Français propriétaires d’un ou plusieurs véhicules.

Le 20 mai 2018, que vous passiez votre contrôle technique à Lyon, Lille, Cannes, Montpellier, Nantes ou Clermont-Ferrand, vous serez tous logés à la même enseigne. De nouveaux dispositifs ont été mis en place pour coller avec la réglementation européenne en termes de contrôle technique.

Des changements radicaux au niveau des défaillances

123 est le nombre de points de contrôle effectués jusqu’à aujourd’hui. 132 est le nouveau nombre à partir de 2018. Ce changement peut paraître petit, mais attendez de connaître le nombre de défauts qui ressortiront de ces contrôles. 606 défauts constatés désormais contre 453 à l’heure actuelle. Un nombre qui explose et qui marque une nouvelle catégorie de défaillance : celle que l’on nommera de « critique ».

Cette dernière entraînera des mesures drastiques. Si aujourd’hui, quelle que soit la défaillance qui en ressort, les usagers ont jusqu’à deux mois pour effectuer les réparations, cette nouvelle mesure exige une réparation quasi immédiate pour les défaillances critiques. En effet, une nouvelle étiquette sera éditée, mentionnant que le véhicule ne pourra plus rouler 24h après. De quoi amener les usagers à réparer très rapidement leur voiture pour effectuer une contre-visite au plus vite.

Pourquoi une mesure aussi sévère ?

Les usagers n’ont pas toujours conscience des risques qu’ils prennent sur la route tous les jours. Pensant que seule la conduite dangereuse peut avoir des conséquences irréversibles, ils ne pensent pas toujours au fait que leur véhicule peut leur faire défaut. Un pneu mal gonflé, du liquide de frein absent ou des feux arrière stop défectueux, ces défaillances sont souvent la raison d’accident. C’est pour cette raison que la nouvelle mesure a été mise en place. En relevant pas loin de 127 défaillances critiques, les centres souhaitent montrer aux propriétaires que leur véhicule est un danger sur la route.

Avant d’entrer dans une phase de panique et de surcharger les garagistes proches de centres de contrôle technique, suite à la nouvelle réglementation, nous vous recommandons de prévenir les risques. Un simple rendez-vous chez un garagiste vous aidera à garantir votre sécurité et celle des autres. Cette action vous évitera également de passer par la case « contre-visite », vous obligeant à payer une nouvelle fois.

 

A lire également sur le site : ce qu’il faut savoir sur la circulation alternée.

Laisser un commentaire